L'Atelier du Reveur
24jan/120

Un AGV – Die Burgen von Burgund

Un AGV (Avis à Grande Vitesse) sur

 Prise-party

(Non)

DIE BURGEN VON BURGUND

(C'est ça).

Auteur recherché par les esthètes du jeu de société moderne raffiné et savant, par les amateurs éclairés de mécaniques élégantes et implacables, Stefan Feld, s'il n'est pas aussi répandu sur les tables qu'un consensuel Teuber ou qu'un opportuniste Knizia, n'en mérite pas moins l'admiration – sans aller jusqu'au culte, laissons ça au denier de la classe.

Die Burgen von Burgund est un jeu curieux : il y a des dés. Pas beaucoup, mais ce peu, on le lance 25 fois. Et 25 fois, on doit composer avec ce tirage.. A quelle fin ? A fin d'étendre notre domaine de la manière la plus profitable selon nous, c'est à dire:  de la manière qui nous rapportera le plus de points pendant et à la fin de la partie. Et pour marquer des points, les stratégies sont nombreuses.

Die Burgen von Burgund, c'est aussi un jeu équivoque : on développe son petit coin, chacun sur son plateau individuel, en juxtaposant vaches, châteaux, marchés, avec harmonie et contentement. On croit qu'on sera tranquille et puis : non. Il y a ce fichu plateau commun où piocher nos futurs arrangements, où l'on vivote en concurrence avec tous ces autres, là, qui ne font rien qu'à lorgner sur nos biens(ceux du moins qu'on juge déjà tels). C'est alors qu'on se rend compte qu'il faudra se dépêcher, jouer de célérité, être prompt, plein d'audace, bref : faire bombance d'opportunisme.

C'est alors, aussi, qu'on en revient aux dés. Si je veux ceci, il me faudra faire tel résultat au dé. A moins de prendre cela avec tel autre. Ou peut-être sacrifierai-je l'un de mes dés pour moduler l'autre, et récupérer le premier ceci ?  Mince, il y a des noeuds dans le raisonnement.

Ces noeuds, c'est le gordien problème des dés, des ressources qui disparaissent dans les mains des autres, des développements à choisir, des priorités à définir – on commence par quoi, est-ce qu'on attend un tour de plus pour récupérer la petite tuile là-bas, est-ce que ou bien sinon ? Mince, on veut tout faire mais ce ne sera pas possible. Stefan Feld est un frustrant.

Die Burgen von burgund, un jeu, au final, remarquable et lumineux, qui plaira sans nul doute à tous les aménageurs de territoires virtuels désireux, une fois de plus, de prouver que le hasard jamais n'abolira un jet de dés.

 

Notation finale et observations épiphénomales:

Très choli cheu te chestion tu hachard

et de chestion/téveloppement tout court.

 

Ps : on m'indique que les allemands n'assourdissent pas leurs alvéo-palatales de manière aussi caricaturale.

Ach !

Che m'en toutais !

 

16/20

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant

Catégories

Avis récents

Mots clés

Liens

RSS Produits phares

Commentaires récents

Archives

Partenaires